Des packs et du réel

Bon jour !

Les premiers packs sont arrivés

Tout d’abord, vous l’avez déjà vu, le pack budgétaire : son rôle est de réfléchir sur votre rapport à l’argent tout en améliorant votre gestion budgétaire

Ensuite, le pack rentrée : quand vous souhaitez faire quelques petits ou grands changements dans votre façon de vivre ou dans votre quotidien

Enfin, le pack égoïstation : pour réapprendre à vous mettre de temps en temps au cœur de votre vie,

Si d’autres thèmes vous intéressent :

Proposez-les en commentaire ou contactez moi par mail,

Les accompagnements individuels, hors thématiques précises, sont, bien évidemment ouverts.

Skype c’est pas mal, mais…

IMG_20160826_155546

C’est juste un début.
Actuellement, je suis à la recherche d’un local dans le 78 ou 28 dans le secteur de Houdan,
Afin de pouvoir vous accueillir.

Un premier local est possible, sur Houdan (78550),

Dont voici les disponibilités :

Entre 10h et 16h les lundi-mardi-jeudi-vendredi.
Qui serait disponible et intéressé(e) dans ces horaires ?
Que je puisse savoir si je me lance sur cette salle.

J’ai hâte de pouvoir vous rencontrer,
Et de pouvoir vous accompagner comme vous le méritez.

Si vous entendez parler de lieu qui pourrait correspondre,
Ou si vous avez des suggestions,
Surtout n’hésitez pas !

Prenons soin de vous !

C’est bientôt la rentrée !

Bon jour !

Septembre est à la porte,Resolution

2017 approche à grands pas.

Êtes-vous prêts pour cette rentrée ou cette reprise ?

Ces derniers jours d’août sont, pour nous, les derniers moments de calme,
Avant de reprendre le cours d’une vie où le temps file à toute allure.
Le planning professionnel, les réunions qui s’enchaînent,
Les rendez-vous chez le pédiatre, le médecin, l’orthophoniste, le dentiste,
Le taxi pour les activités des enfants ou des plus grands,
Les repas en famille, la préparation des fêtes de fin d’année…

Le dernier trimestre d’une année civile est toujours très chargé,
Au même titre que le dernier trimestre d’une année scolaire.

Êtes-vous heureuse ou heureux de cette reprise ?

Si la réponse est oui, j’en suis sincèrement ravie pour vous,
Et je vous souhaite de bien en profiter.

Si la réponse est non / bof / je ne sais pas,
Alors continuez la lecture, la suite de l’article devrait vous intéresser.

La mode des bonnes résolutions

En septembre et en janvier, les bonnes résolutions sont à la mode.
Plus de sport, un régime, mieux manger, dormir plus, entretenir son logement…
Nous avons souvent envie de reprendre notre vie tout en l’améliorant grâce à quelques petits ou gros changements.
Les bonnes résolutions permettent de se motiver pour quelques jours, quelques mois ou plus.
C’est parfois se donner bonne conscience en se promettant de changer (pour un temps).

Changer les habitudes

C’est quelque chose qui est facile à dire.
C’est quelque chose qui semble compliquer à faire.
En réalité, le plus inquiétant se situe dans les projections que nous faisons des changements,
Et dans la crainte que nous avons à l’idée d’évoluer.

Et si, en changeant mes habitudes ça se passait mal ?
Et si, je ne trouvais pas un rythme qui me convient ?
Et si, ça me plait, est-ce que les autres autour de moi vont accepter ce changement ?

Et si, vous vous posiez les bonnes questions ?

Oubliez les questions « et si »,
Oubliez les projections des scénarios catastrophes,
Allez à l’essentiel.

Posez vous les vraies questions :

Suis-je heureux/se ?
Est-ce que ma vie me convient à tous ses niveaux (personnel, professionnel, familial, amical…) ?
Qu’est-ce que je peux supprimer pour que je puisse plus apprécier ma vie ?
Qu’est-ce que je peux ajouter pour que ce soit mieux ?
Quel est mon scenario idéal ?

Toutes ces questions et bien d’autres sont nécessaires à préparer un changement pour qu’il se passe pour le mieux.
Vous pouvez maintenant avancer sereinement sur votre chemin.
Vous pouvez également faire le choix de vous faire accompagner pour vivre cette transition vers vos nouvelles habitudes.

Je vous propose le « pack rentrée » : 3 séances de coaching individuel via Skype.

Le pack rentrée c’est prendre le temps pour vous, et profiter des bienfaits de l’été pour mieux préparer de vraies bonnes résolutions dans votre changement de vie. Que ce soit un changement radical (reconversion, reprise d’études, déménagement…) ou un changement plus infime (envie de mieux vivre, de changer d’organisation, une petite remise en questions…), le pack rentrée est fait pour vous. Et parce que le besoin de changement n’attend pas septembre ou janvier, le pack rentrée est disponible toute l’année !

Prenez soin de vous

Pardon…

Bon jour !

Je ne suis ni Gandhi ni un quelconque Dieu ou Déesse,
Je ne vous dirais pas de tendre l’autre joue,
De pardonner les pires ignominies.

Pardonnez

Avant toute chose, essayons d’identifier le souci.
Lorsqu’une chose ou un mot immonde a été dit ou fait,
Des rancunes et rancœurs peuvent s’installer.

Parfois, les tensions sont alimentées par de vieilles histoires,
Que le temps n’a pas apaisé voire même les a accentuées.
Il faut savoir que la mémoire n’est jamais infaillible.
Il arrive que certains souvenirs soient légèrement modifiés,
Le cerveau peut enjoliver ou accentuer certains détails,
Voire même en créer quelques-uns pour ne pas laisser de vide.
Ne vous inquiétez pas, c’est naturel et cela arrive à tout le monde.
Notre esprit est libre de faire ce qu’il veut entre le passé et le présent.
Quel canaillou celui-là !

Le pardon, on pense très souvent que c’est une histoire entre deux personnes.
Ce n’est, pourtant, pas ainsi que je le vois.

Le pardon est une histoire personnelle

Vous commencez à avoir l’habitude,
Je vous invite souvent à vous recentrer sur vous.
Même avec les pardons, je vous propose d’en parler avec vous-même.

Lors des conflits, c’est votre colère qui vous fait souffrir.
Les sentiments négatifs qui tournent par notre tête,
Les souvenirs désagréables que nous ruminons,
Les mauvaises paroles qui nous reviennent en mémoire…
Tout cela nous l’entretenons en nous,
C’est entre nous et nous que le négatif est alimenté.

Cela ne nie pas la réalité d’une tension existante entre nous et une autre personne,
Cela ne diminue pas les méchancetés qui ont été dites ou faites.

Comme pour les douleurs corporelles,
Les tensions ont besoin d’être verbalisées dans le calme.
Aucun conflit ne trouvera d’issue positive au milieu des cris, des portes qui claquent et des coups.

Pardonner, c’est avant tout se mettre en paix

En paix avec soi-même.
Recentrez-vous sur le positif.
Si le conflit est stérile et n’avance pas,
Inutile de rester sur place.
Continuez votre chemin et laissez derrière vous ce conflit.

L’important est de tirer la leçon de cette histoire :
Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné,
Quelle est l’origine du problème,
Pouvez-vous y changer quelque chose…
Selon vos réflexions et votre analyse,
Essayez de transformer cela en expérience.
Certes, une expérience douloureuse ou désagréable,
Mais une expérience, dont vous apprenez pour ne pas revivre cette situation.

Pardonnez, parce que vous sentirez en vous plus de sérénité.
Ce n’est pas oublier ce qui est arrivé,
C’est apaiser la colère engendrée en vous,
C’est transformer l’énergie négative en énergie positive.

Quand vous pardonnez, en priorité : vous prenez soin de vous.
Et ça, c’est le plus important !

Je termine donc cet article comme tous les autres :

Prenez soin de vous

Mais c’est quoi ton métier ?

Bon jour !

Récemment, alors que je travaillais mes cours tout en gardant des enfants,
J’ai eu l’occasion de discuter avec un petit homme de neuf ans.
Très motivé à m’aider à bosser, il souhaitait me faire réciter.
Hum c’est gentil mais là, je prends surtout des notes !

Il me demande à quoi ça sert, si je vais encore à l’école (à mon grand âge ?!).

Ah mais quel bel exercice me propose-t-il de faire !

Dans le milieu entrepreneurial, et c’est valable pour tous les métiers d’ailleurs,
Il se dit que nous savons présenter notre job dès que nous réussissons à l’expliquer à un enfant.
Me voilà donc en situation, c’est parfait !

Je travaille, comme à l’école, parce que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre.
D’ailleurs nous apprenons tout au long de notre vie.

Ben non, on apprend juste à l’école me dit-il.

Comment ça ?! Mais dis donc, surveille tes réponses jeune homme.
Non, je plaisante, c’est important de répondre ou d’expliquer ce genre de choses aux enfants.
Je lui ai juste rappelé une attitude qu’il a eu quelques heures plus tôt,
Une attitude respectueuse qui ne s’apprend pas à l’école mais par expérience,
Et parfois grâce à une bonne et bienveillante éducation.

Première étape : expliquer l’école de la vie : check !

– Mais pourquoi tu apprends ? me demande-t-il.
Tout simplement parce que je souhaite apporter plus de choses à mes clients.
J’apprends à utiliser de nouveaux outils, de nouvelles méthodes.
Un peu comme il existe plusieurs méthodes pour apprendre à lire et à écrire,
Il existe plusieurs méthodes pour travailler et accompagner mes clients.

C’est là que j’ai ouvert la porte à LA question : – Je ne sais même pas ce que c’est ton métier.

Ça, au moins, c’est dit.
Maintenant, débrouille toi !
En face de moi, ce n’est pas un gamin qui se fiche un peu de tout,
C’est un grand curieux de tout.
Merci petit homme pour ce bel exercice que tu me proposes de faire.

Mon métier c’est de permettre aux gens de se sentir mieux

– Ah donc tu t’occupes des gens malades dans leur tête ?
Je pense que tout le monde peut se sentir mieux,
Est-ce que tu es heureux tout le temps ? Tout va toujours très bien dans ta vie ?
Non, on est d’accord.
C’est pour ça que je m’occupe de tout le monde,
Toutes les personnes qui souhaitent améliorer leur vie.
Mon rôle c’est d’apprendre aux gens à changer leurs façons de faire,
Afin qu’ils découvrent que des choses qu’ils n’aiment pas peuvent être agréables (ou plus supportables) quand même
Comme ranger sa chambre, faire des courses, aller à l’école/au travail, vivre ensemble…
Et surtout, mon rôle est de montrer aux gens qu’ils ont en eux les clés pour mieux vivre le quotidien.
(Re)trouver la confiance en soi, (ré)apprendre à prendre soin de soi et des autres,
Améliorer sa relation à l’argent et aux chiffres,
Parler de soi, tout simplement, parce que c’est plus facile de réfléchir sur soi quand on parle à quelqu’un.

– Donc t’es un peu comme une psychologue

Un peu oui, j’écoute, j’utilise différentes techniques, différents outils, comme une psychologue.

La différence entre un psychologue et moi c’est que nous n’avons pas fait les mêmes études.
Ils soignent les douleurs assez fortes dans la tête et le cœur,
Je m’occupe des gens avant que les douleurs soient trop présentes.
Un peu comme prendre du miel quand on a un petit mal de gorge ou un sirop quand ça pique un peu plus fort.
Le miel c’est moi, le sirop c’est le psychologue.

Apparemment ma réponse lui a suffit.

Je suis le miel qui enrobe votre vision de la vie.
Pour que vous ayez une meilleure vue sur vous et votre quotidien.

Et comment prendre votre cuillère ou votre flacon de miel ? Par ici : Réserver un accompagnement.

Prenons soin de vous !

Traverser les tempêtes

Bon jour !

Il arrive quelques fois qu’on me dise « tu as de la chance toi, tout va toujours bien ».

À dire vrai, cela me fait sourire avant tout.
Tant mieux si je donne une impression que tout est heureux,
Pourtant, j’ai traversé de sacrés tempêtes.

Il y a pire ailleurs

Quand j’avais vingt ans,
J’avais déjà traversé bien plus de tempêtes que d’autres personnes ne traversent en une vie entière.
C’est à cette époque que j’ai décidé de me raccrocher encore plus au positif.
Ma phrase favorite était « il y a pire ailleurs ».
Ce à quoi, parfois, on me disait « mais tu peux craquer aussi ».

C’est vrai que de se casser un doigt chaque année,
(Signe d’un trop grand perfectionnisme)
Ce n’est pas bien méchant,
Et ce sont eux, mes doigts, qui craquaient à ma place.

C’est vrai que de déchirer des ligaments aux genoux,
(signe d’une certaine insoumission)
En plein été, ce qui m’a permis d’apprendre le décès de Mère Térésa et de Lady Di à quelques jours,
Tout en pleurant toutes les larmes de mon corps sur le « Roi Lion »,
Ce n’est pas bien méchant non plus, juste un peu handicapant.

C’est vrai que de se bloquer le dos à huit ans,
(Un joli manque de confiance en moi),
Et faire de la kiné les dix années suivantes,
Ce n’est pas bien méchant.

C’est vrai que de passer une année en béquilles,
À cause du nerf sciatique enflammé de la colonne à la plante du pied,
(peur de perdre le contrôle de ma vie),
Qui fut bien difficile à diagnostiquer et m’a fait découvrir les joies des infiltrations,
Ce n’est pas bien méchant non plus.

C’est vrai que d’être malade après les repas à cause d’une colopathie,
(il faut digérer les événements de la vie, accentué par une malformation),
Ce n’est pas bien méchant.

Bref, c’est un aperçu, où chaque épisode difficile de la vie était illustré par une difficulté de santé.
C’est vrai que c’est difficile de souffrir,
C’est vrai que la santé influence le moral,
En fait, c’est plutôt l’inverse !

Le moral influence la santé.

Je n’aurais pas dû pouvoir passer des grossesses assez sereines et surtout sans être alitée,
Je n’aurais pas dû pouvoir faire de la course à pied,
Et pourtant…

Alors oui, j’ai beaucoup de chances.
Tout va bien, parce que je l’ai décidé ainsi.
Cela ne fait pas disparaitre tous les maux,
Cela ne me donne pas une santé solide et sans heurts,
Mes maux s’amoindrissent parce qu’ils ne prennent plus une place centrale dans ma vie,
Mais en me concentrant sur le positif dans ma vie,
Je diffuse du positif autour de moi.

J’ai de la chance parce que je le choisis.

Attention, encore une fois, je ne minimise absolument pas les soucis médicaux,
Pas une seconde, je vous dirais de tenter l’auto-médication et l’auto-diagnostique,
Nous ne sommes pas des professionnels de la santé,
Donc ne négligez pas les examens et autres traitements.
Cependant, lorsque quelque chose ne va pas,
Découvrez l’origine psychologique.
Soigner le corps et l’esprit simultanément permet de guérir plus vite.
Pour cela, il existe plusieurs ouvrages et plusieurs sites internet qui expliquent le lien entre maux et mots.
Nous pouvons également en parler ensemble lors d’une séance.

Verbaliser les soucis

J’ai traversé des tempêtes,
Et j’en suis fière.
Chacune d’elle m’a rapproché de la sérénité,
Chacune d’elle m’a apporté une leçon.

J’ai appris très vite à découvrir qu’il y a toujours du positif.
Et j’ai appris que ma vie, finalement, était loin d’être si difficile.
Il y a des drames que je n’ai pas vécus,
Il y a des traumatismes que j’ai traversés et d’autres non.

Aujourd’hui

J’ai beaucoup d’expériences,
C’est une grande richesse et un cadeau que la vie m’a fait.
C’est grâce aux tempêtes et aux arcs-en-ciel que j’en suis là,

Heureuse, même dans les tempêtes.

Maintenant, j’ai assez de forces et de connaissances,
Grâce aux expériences et aux diverses formations,
Pour accompagner les personnes dans la tempête.
J’aide à analyser les signes et à se sentir mieux,
Et verbaliser ou exprimer les émotions d’une façon qui convient à chacun.

Traversons ensemble les tempêtes.
Pour cela il suffit de me contacter,
Rappelez-vous : août est le mois de la « participation consciente« .

Prenez soin de vous

Retrouver une âme d’enfant

Bon jour !

Il est temps de retrouver notre âme d’enfant.

Cette expression, tout le monde la connaît.
Les enfants sont une immense source d’inspiration pour les personnes qui cherchent à retrouver la paix intérieure.

Un enfant ne se laisse jamais mourir de faim,
Un enfant mange toujours à sa faim, pas plus,
Un enfant écoute les signaux de son corps,
Un enfant suit son intuition,
Un enfant est innocent,
Un enfant n’a pas de principe,
Un enfant est curieux de tout,
Un enfant peut être notre mentor !
Tout cela reste une généralité, il y a quelques rares exceptions.

Puis nous ajoutons des filtres

C’est en grandissant, ou vieillissant,
Que les choses se gâtent.
Ce mensonge a égratigné l’innocence,
Cette trahison a créé un principe,
Cette erreur a créé des peurs,
La petite voix du mental contredit l’intuition…
Les filtres se créent et s’épaississent selon notre expérience,
En fonction des rencontres et des découvertes.

Rien, ou presque, n’est irréversible

Certes, il n’est pas facile d’accorder sa confiance lorsque nous avons été trahis,
Il est compliqué de suivre son intuition quand l’éducation nous oblige à tout réfléchir,
Il est difficile d’être spontané quand les barrières de nos principes s’invitent.
Cependant, il est possible de changer sa façon d’être et de retrouver son âme d’enfant.

Réapprendre à écouter les messages du corps,

Ces épaules douloureuses vous rappellent que vous prenez trop sur vous,
Cette extinction de voix vous suggère de ne pas garder ces mots en vous,
Vous en avez plein le dos au sens propre et figuré,
Vous pensez que vous devez être la personne forte de la famille et vous le portez sur vos hanches,
Votre poignet vous lâche de plus en plus alors que vos enfants grandissent…
Écoutez votre corps, il vous parle de ce qui vous perturbe,
Sans forcément que vous en ayez conscience.

Retrouver son intuition

Quand les idées apparaissent comme un réflexe,
Qu’elles viennent du ventre ou du cœur et non de la tête.
La difficulté, pour réapprendre à suivre son intuition,
Se situe dans la différence entre la petite voix et l’intuition.
Il faut réussir à identifier le mental de l’intuitif.
Pour cela, il faut essayer.
Quelle est la première idée qui vous traverse l’esprit dans telle situation ?

Retrouver la naïveté pure

Bien sûr, là, je ne vous invite absolument pas à devenir stupide.
Il ne serait pas judicieux de lever tous les voiles que l’expérience vous a fait ajouter.
Cependant, certains des filtres n’ont pas besoin d’être maintenus.
Délestez-vous des méfiances inutiles.
Retirez les filtres liés à votre éducation, à ce que vous entendez.
Faites confiance à votre intuition, encore une fois.

Retrouver l’innocence

Prenez le temps de vous émerveiller de la nature,
Admirez ce qui vous entoure et ceux qui vous entourent,
Chassez quelques instants ou quelque temps les soucis d’adulte qui vous encombre,
Vivez dans l’instant présent.

Retrouver son âme d’enfant

Jamais elle ne s’est envolée,
Quelles que soient les épreuves que vous avez surmontées,
Quelles que soient les succès que vous avez rencontrés,
Quelles que soient les échecs que vous avez connus,
Quelles que soient les histoires d’amour et d’amitié…
Votre âme d’enfant est toujours restée là, fidèle,
Plus ou moins cachée, plus ou moins présente.

Prenez le temps de vous reconnecter à l’enfant que vous étiez.
Je vous propose un petit exercice pour l’occasion !

Venez écrire à l’enfant que vous étiez quand vous aviez 7 ans.
Qu’avez-vous à lui conseiller,
Quels conseils avez-vous à lui demander ?

Je serai ravie de lire vos courriers en commentaires.

Prenez soin de vous !

T’as vu ton look ?

Bon jour !

Il y a quelques jours, je vous parlais de cette révélation que j’ai eue lors de mes congés :

Et si j’étais moi ?

Depuis, je fais le tri de mon placard,
Dehors tout ce qui ne me convient plus,
Dehors tout ce qui ne me va plus,
Bonjour légèreté.

De toute façon, je ne mets qu’une toute petite partie de ma garde-robe.
Entre les tenues que je garde « pour quand j’aurais assez perdu de poids »,
Celles que je garde « parce que je les aimais bien »,
Celles que je garde « si jamais un jour je la porte »…
Les trois-quarts des habits sont inutilisés depuis longtemps.

Or, depuis que j’ai fermé mes anciennes activités,
Je m’allège de partout :
La maison, et ses trucs qui traînent « au cas où »,
Les travaux de la maison dont mon homme se charge,
Le planning des courses et des achats,
L’alimentation,
L’habillement…
C’est un tri nécessaire et bénéfique.

Décharger l’inutile

Quand on prend le temps d’observer,
On réalise à quel point on s’encombre de choses inutiles.
Il y a cette astuce de ranger les vêtements « à l’envers »,
Puis, quand on les utilise, les ranger ensuite « à l’endroit »,
C’est, par exemple, orienter les cintres contre le mur, les polos avec le pli à l’opposé…
Au bout de quelques mois (un ann c’est idéal),
Regardez quels vêtements sont toujours à l’envers,
Ceux-là vous ne les avez jamais mis de l’année,
Vous pouvez les donner ou les vendre.

Nettoyer dehors et dedans

Oui quand on attaque le ménage de printemps (ou d’été, ou d’automne ou d’hiver),
On fait souvent l’intérieur et l’extérieur de la maison,
Cela semble assez logique.
Mais ce n’est pas tout…
Quand vous faites le ménage ou le tri : comment vous sentez-vous ?
Oui, un peu sale et peut-être courbatu,
Mais en votre for intérieur ?
Serein et ravi du travail effectué, probablement.

Il se dit que notre maison et notre jardin illustrent ce que nous vivons intérieurement.
Si votre jardin est propre et bien taillé, vous êtes certainement heureux,
Si votre maison est en travaux, vous êtes probablement en train de vivre une période mouvementée ou transitoire,
Si votre habitation est en désordre, vous ressentez peut-être quelques tracas ou des pensées encombrées.
Je pourrai continuer les exemples encore quelques lignes,
Vous avez probablement compris le rapport entre l’intérieur et l’extérieur.
Votre ressenti est illustré par votre habitation.

Pour la tenue et l’aspect physique, c’est la même chose.
Si vous êtes voûtés, le sourire à l’envers, vous êtes certainement quelqu’un de solitaire,
Si vous êtes très droit, le sourire ultra-blanc, vous êtes certainement une personne affable,
On parle de psychomorphologie, ou plus simplement : votre silhouette illustre votre personnalité.
L’habillement est l’élément de notre apparence sur lequel nous avons le plus de pouvoir.

Ces dernières semaines, j’ai eu cette révélation sur mon look.
Ma nièce m’a qualifiée de « bohème-zen » ce week-end.
On est un peu loin du style passe-partout que je portais jusqu’à récemment,
Lorsque je rencontrais du monde.
Parce qu’à la maison, j’osais être moi,
Donc je mettais ces vêtements souples et fluides.

Puis, suite à la révélation en vacances,
J’ai choisi d’être moi en toutes circonstances.
Les premières fois je me posais la question du jugement des autres :
Que vont-ils penser, comment vont-ils réagir ?
Puis, je me suis recentrée sur mon ressenti personnel.

« Je parais telle que je suis »

Voici ce que j’ai observé :
Les personnes qui me connaissent (comme certains commerçants) me regardent dans les yeux,
Nous nous sourions, comme d’habitude,
Nous discutons, comme d’habitude,
Nous nous séparons, comme d’habitude.
Par rapport aux inconnus, les rares fois où j’ai pensé à regarder leurs réactions,
Il n’y en avait pas, quelques regards, des sourires…
Sur toutes mes observations, une seule a été négative.
D’une personne qui ne m’apprécie pas spécialement,
Parce qu’elle ne me connait pas, et réagit sur des a-priori,
Dommage pour elle, je n’y perds rien.
Les dernières réactions que j’ai observé,
C’était la famille un peu plus éloignée,
Ce sont eux qui ont été le plus agréables,
Ils m’ont permis de comprendre que j’étais alignée,
Se rappelant de mes tenues d’ado.

Je vous dirais bien d’oser être vous même jusqu’au bout de votre ressenti,
D’être la personne que vous êtes autant à l’intérieur qu’à l’extérieur,
Cependant, prenez bien soin à respecter le cadre autorisé dans votre travail,
Il vous reste votre temps non travaillé et vos congés pour pouvoir vous révéler totalement 😉

IMG_20160712_184310

Prenez soin de vous

La participation consciente

Bon jour !

Découverte de la participation consciente

En juillet, lors d’une visite très riche, je découvrais la « participation consciente ».
Quelques jours plus tard, alors que je rendais visite à une amie,
Elle me demandait si je connaissais le principe.
Tiens, 2 fois en quelques jours, alors que ce terme m’était inconnu jusqu’à présent ?
Il y a de fortes chances pour que ce soit un signe à prendre en compte.

Mais c’est quoi la « participation consciente » ?

Nous connaissons tous la participation financière à…
Soit le montant est indiqué, soit il est libre.

La participation libre, c’est un principe qui me gêne souvent,
Parce qu’il me semble bien difficile d’estimer quelle est la valeur du travail,
L’investissement en temps, en argent, en formation, ou autre,
De la personne qui invite à la participation libre.
Dans ce fonctionnement, nous estimons l’autre.
Je me sens juge, et ce n’est pas une chose que j’aime faire.

La participation consciente est assez proche de la participation libre,
Mais au lieu d’être juge de notre hôte ou de notre guide,
Nous entrons dans un échange avec nous-même.
Nous avons « juste » à regarder d’un autre point de vue.
Au lieu d’estimer l’autre, nous estimons ce qu’il nous a apporté.
Quels bienfaits nous pensons recevoir,
Quelles suites cela devrait créer en nous…
Nous ne donnons pas la valeur que nous estimons de l’autre,
Nous donnons la valeur de ce que nous gagnons
Lors de l’échange avec notre interlocuteur.

Concrètement, comment participer « en conscience » ?

Nous avons tous déjà entendu au moins une fois l’expression :
« Tu agis en ton âme et conscience »,
Cela signifie que nous faisons ce qui nous semble le mieux,
Qui nous rendra fiers de ce que nous avons fait,
Sans honte ou gêne de nous-même.

La participation consciente, c’est cela :
Nous savons que ce rendez-vous/cette visite nous apportera quelque chose,
Pour nous, pour notre quotidien, pour notre expérience personnelle…
Nous participons donc à la hauteur de ce que cela nous importe.

Certains participent pour le tiers ou le quart de la valeur marchande de la prestation ou de l’objet reçu,
Parce que, pour eux, c’est quelque chose qu’ils n’apprécient pas plus que ça.
D’autres participent pour le double, le triple ou même plus, que le tarif estimé par leur interlocuteur,
Parce que, pour eux, ils auront reçu quelque chose de fort et puissant qui les marquent profondément.

Du côté de la personne qui propose la participation consciente,
Le challenge est conséquent : oser livrer son travail au bon vouloir de ses clients.
Cela peut être perçu comme une mise en danger,
Cela peut-être perçu aussi comme une motivation supplémentaire :
Pour obtenir le meilleur de ses clients, il est important de donner le meilleur de soi-même,
Afin que le client soit ravi, et qu’il ait envie de participer de façon conséquente
Déjà dans les actions et son propre investissement,
Puis, pourquoi pas,  du côté financier,
Et aussi parce qu’un client content fera certainement des recommandations,
Il semblerait donc que la participation consciente soit une façon de partager « gagnant-gagnant ».

Il y a quelques jours, une personne m’a contacté, sur recommandation justement,
Sans avoir spécialement consulté mon site,
Alors que nous échangions en privé sur Facebook,
Je lisais attentivement sa problématique,
J’en devinais une autre sous-jacente,
Et j’ai eu ce petit « tilt » sur la participation consciente.
Avec cette personne, nous allons donc faire une participation consciente.

Et pourquoi pas vous ?

Bien sûr !

Vous aussi pouvez bénéficier d’une liberté complète de participation pour les séances de coaching.
Et ce, pendant tout le mois d’août, minimum.
Je verrai à la fin du mois si cette proposition est simple et agréable, pour vous comme pour moi.

Alors, à vous de décider si vous voulez vous lancer dans l’aventure de votre mieux-être en ma compagnie,

Le mois d’août sera le mois de la participation consciente 🙂

Prenez soin de vous

Méditer, mais pour quoi faire ?

Bon jour !

Vous vous êtes peut-être déjà posé la question :

Savez-vous méditer ?

Pour beaucoup d’entre vous, la réponse sera spontanée : « Non ! »
Pourtant, je vous garantis que vous avez déjà médité.
Si, si, si ! C’est certain !

Nous avons tous expérimenté l’état méditatif

Si vous êtes croyants, lorsque vous priez,
Vous entrez en état méditatif.

Si vous aimez vous poser quelques minutes/heures pour contempler la nature,
Pour regarder le feu dans la cheminée ou un feu de camp,
Si vous admirez le ciel étoilé,
Si vous regardez l’orage ou la pluie qui ruisselle,
Vous êtes dans un état méditatif.

Lorsque vous dessinez, ou que vous faites du sport,
Lorsque vous cuisinez et que votre esprit s’évade,
Vous entrez dans un état méditatif.

Lorsque vous retrouvez l’émerveillement de l’enfance,
En regardant un spectacle, par exemple,
Vous êtes dans un état méditatif.

Vous avez donc déjà les bases pour bien méditer !

Pour aller plus loin

Il existe probablement autant de méditations différentes qu’il existe de personnes différentes.
Pour certaines, la méditation passera par la visualisation d’un espace naturel qui l’apaise,
Pour d’autres, ils visualisent l’oxygène qui remplit chacune des cellules de leur corps,
Certains utiliseront des mantras (ces petites phrases motivantes et répétitives),
Pour d’autres encore, ce sera de se concentrer sur une image,
Ou en écoutant une musique qui les apaise…

La meilleure méthode dans tout cela c’est celle qui vous convient.
Ce peut même être un mélange entre différents conseils que vous avez lu, entendu,
Ou que votre corps et votre intuition vous ont suggéré.

Le moment idéal

Il n’existe pas.
Il y a les adeptes de la méditation au réveil,
Ceux qui aiment s’endormir grâce à la méditation,
Ceux qui privilégient tout moment propice à la méditation (en attendant le bus, avant d’aller manger…).

La durée idéale

La méditation ne se chronomètre pas.
Il y a la méditation pour retrouver sa sérénité lors d’un moment d’énervement,
Où vous prenez le temps de méditer jusqu’à vous sentir un peu plus détendu.

Il y a la méditation pour démarrer la journée du bon pied,
Prendre le temps de se sentir en forme,
Grâce aux mantras ou à la visualisation positive,
Tout en respirant bien profondément.
La méditation a été efficace lorsque nous nous sentons détendus et souriants.

Il y a aussi cette méditation plus prolongée
Qui va permettre aux idées de s’évader,
Les pensées se multiplient sans cesse,
C’est l’occasion de les laisser sortir,
Ensuite vient le calme,
Les pensées plus reposantes arrivent,
Votre corps se détend.

Si vous allez encore plus loin,
Vous entrez en auto-hypnose,
Oui, oui, oui un état hypnotique !
Je n’ai pas (encore) toutes les compétences pour mieux vous en parler.
J’affine pour l’instant ma pratique en attendant de pouvoir me former à l’hypnose.
Ce sera donc un sujet à venir dans quelque temps sur ce blog 😉

Donc pour méditer :

Le moment qui vous convient le mieux,
De 3 minutes à 1/2h de pratique, quotidienne ou non,
Avec la visualisation/l’activité/la contemplation qui vous correspond.

Je suis à votre disposition en commentaire ici ou sur la page Facebook
Pour échanger autour de vos essais ou de vos habitudes en méditation.

Flamme dans son pot de verre

Prenez soin de vous

Réagir face à l’horreur

Difficile de commencer cet article par « bon jour »,
La journée ayant plutôt mal commencé avec le chauffeur fou à Nice.

Bien sûr que nous avons peur,
Bien sûr que c’est inquiétant,
Bien sûr qu’il y a de quoi s’interroger.

Face à cette escalade de violences,
Cette variété dans les attaques,

Que pouvons-nous faire ?

Il y a les personnes qui vont se mobiliser sur place :
Accueil des blessés, dons de sang, mise à disposition des compétences de soignants…
Il y a les personnes qui vont se mobiliser à distance :
Envoi de dons pécuniaires ou matériels, mise en place de groupes de réflexions et d’actions…
Il y a les personnes qui vont se couper des informations et des réseaux sociaux,
Il y a les personnes qui vont aller prier,
Il y a des dizaines de réactions possibles.

La seule réaction qui est à fuir est de céder à la haine

Vous pouvez être en colère,
Ne réagissez pas avec elle directement,
Laissez-la retomber un peu pour pouvoir ensuite trier vos idées et vos envies d’action éventuelles.

Vous pouvez avoir peur,
Ne la laissez pas gérer votre vie,
Restez maître de votre quotidien.

Vous pouvez être triste,
Laissez les larmes venir,
Laissez-les couler.

Vous pouvez tourner le dos aux événements dramatiques,
Même si ce n’est pas la meilleure des choses à faire,
Cela ne les arrêtera pas, mais vous souffrirez peut-être moins.

Vous pouvez aller courir,
Faire la fête, danser…
Évacuer le stress et la tension,
À votre façon, comme cela vous convient le mieux.

Il n’y a pas une réaction idéale face à un événement abominable,
Je ne vous donnerais pas la recette de « comment réagir face au drame »,
Parce que la meilleure réaction, c’est celle que vous dicte votre instinct.

Prenez du temps pour réfléchir, pour ne pas réagir à chaud,
Une réaction trop spontanée peut être regrettée.
Ce n’est pas que votre première idée est mauvaise,
Juste qu’il est important de prendre le temps.

Vous pouvez agir

Vous pouvez choisir vos actions et vos combats,
Vous pouvez agir selon votre cœur,
Vous pouvez rejoindre des mouvements politiques, citoyens, humains…

Un combat n’est pas forcément fait de violence,
Vous êtes le colibri qui peut agir à son niveau :
Réduire les violences en famille, qu’elles soient verbales ou physiques,
Réduire voire anéantir son agressivité envers soi et envers les autres,
Ne pas juger de la foi, des opinions et de tout ce que peuvent être et penser les autres,
Accepter que la planète soit remplie de personnes différentes,
Avec chacune sa façon de penser, d’être,
Avec ses choix, bons ou mauvais,
Avec son chemin de vie.

Vous êtes un colibri

En tant que colibri, choisissez vos relations,
Réfléchissez et agissez pour un avenir meilleur,
Pour vous, vos proches, vos enfants et les générations à venir.

Le chaos restera chaos si vous le décidez,
L’ombre restera l’ombre tant que vous ne chercherez pas cette petite lueur,
Nous ne pouvons apaiser l’ensemble de la planète,
Du moins pas d’un claquement de doigts, d’un battement de cils ou par une bonne nuit de sommeil,
Cependant, chaque petite parcelle d’humanité sauvée ou rétablie,
C’est autant de lumières contre l’obscurité qui envahit la planète,

C’est autant de lueurs sur la terre qui peuvent se propager.

Et bien sûr, vous pouvez parler, écrire,
Libérez vos émotions.
Faites attention à ne pas envahir vos amis ou à vous laisser envahir par les émotions,
Savoir écouter, c’est généreux,
Mais prenez garde à ne pas vous faire souffrir encore plus.
Les professionnels comme les psychologues, psychiatres, coachs ou facilitateurs, ont normalement été formés pour pouvoir vous écouter.
Ils sont là pour accompagner vos mots, les aider à sortir, pour qu’ensuite vous vous sentiez plus léger.

Lorsque nous exprimons nos idées, nos émotions et nos sentiments,
Nous transférons sur l’autre personne tout ce qui nous a fait vibrer en bien ou en mal,
Les professionnels sont préparés à encaisser ce transfert,
Alors lâchez-vous et libérez-vous.

Au-delà des mots, écoutez votre corps,
Toute cette tension risque de ressortir par les maux.
Soyez attentifs aux petits signes pour mieux les canaliser et évacuer ces tensions.

Ici, une bougie est allumée,
Mes méditations accompagnent les âmes vers la lumière,
Mes pensées vont aux personnes en détresse,
Je continue de chercher quel chemin prendre pour agir encore plus, encore mieux,
Être meilleure, sans juger qui que ce soit,
Partager de l’amour et non de la haine,
Et accompagner ceux qui ont besoin, ceux qui le souhaitent.

wp-1466155731232.jpg

Prenez soin de vous