Aie confiance

Bon jour !

(source : http://villains.wikia.com/wiki/Kaa_(Disney) )

Ces derniers jours, nous avons beaucoup échangé ensemble.
Je ne sais pas de votre côté, mais j’en suis ravie !

Avec toutes les questions, pensées et partages sur la page Facebook, j’ai constaté que,

Lorsque vous vous confiez, le sujet qui revient le plus est

La confiance en soi

Vous en manquez dans de nombreux domaines :

  • Dans la recherche d’emplois,
  • Dans les relations aux autres,
  • Dans l’image que vous avez de vous,
  • Dans votre épanouissement professionnel,
  • Dans votre rapport à la nourriture…

La confiance en soi : qu’est-ce que c’est ?

C’est l’amour qu’on ose s’accorder

Avoir confiance en soi, c’est se connaître.

Lorsque vous avez confiance en vous,

Vous connaissez vos valeurs, vos compétences,

Lorsque vous avez confiance en vous,

Vous savez quel est votre potentiel et quelles sont vos capacités.

Tout ça, c’était la partie définition.

 

Concrètement, comment savoir si vous avez confiance en vous ?

Vous pouvez être timide et avoir confiance en vous,

Vous pouvez avoir confiance en vous sans avoir un ego surdimensionné.

Vous avez confiance en vous lorsque vous êtes persuadé (et à juste titre) que vous méritez d’être heureux,

Vous avez confiance en vous lorsque vous savez présenté votre activité/vous/votre poste sans trembler de peur.

 

Pour avoir confiance en soi, il existe de multiples petits exercices à pratiquer comme :

la méthode Coué : « chaque jour, et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux« , qui n’est autre qu’une méthode d’auto-suggestion

Le reflet dans le miroir : souriez vous à vous-même

La bonne posture : debout, pieds légèrement écartés, épaules redressées, tête haute, sourire aux lèvres

Et j’en passe

 

La confiance ne s’acquiert pas en un jour

C’est un travail à faire sur soi,

Sans se préoccuper du regard des autres,

Une histoire entre vous et vous,

Une histoire d’amour, comme je vous l’écrivais tout à l’heure.

Osez vous aimer,

Osez être.

 

Rappelez-vous que vous méritez d’avoir une personne qui pense que vous êtes quelqu’un de bien.
C’est encore mieux si cette personne c’est vous.

C’est encore, encore mieux, si d’autres le pensent.

C’est mon cas,

Je pense que vous tous qui lisez ces quelques lignes,

Vous êtes des personnes bien.

Et vous méritez d’avoir confiance en vous.

Faites-vous confiance !

Et bien sûr, prenez soin de vous

 

Vous ferez bien une petite égoïstation ?

Bon jour !

L’égoïstation, j’en parle souvent,
C’est un peu mon « cheval de bataille »,
Celui qui est à l’origine du blog du sourire,
Puis qui a évolué vers ce site.

L’égoïstation, pour reprendre la définition du livre, c’est :

L’art de prendre soin de soi, de s’aimer soi-même, d’être heureux, afin de pouvoir ensuite prendre soin des autres, d’aimer les autres, de les aider à être heureux.’

L’égoïstation est le juste équilibre entre l’égoïsme et l’altruisme.
Pour être heureux, nous avons besoin d’un équilibre entre ces deux attitudes.

Une pointe d’égoïsme,
Pour se rappeler que nous sommes en vie,
Que cette vie est belle.

Une pointe d’altruisme,
Parce que nous ne vivons pas en ermite,
Que chacun est capable d’aider l’autre dans notre société.

Nous sommes bien d’accord que ces deux termes (égoïsme et altruisme) s’opposent.
L’égoïstation est ce qui les relie, le point de colle entre les 2,
Pour que vous puissiez avancer sur votre chemin personnel.

  • Commencez par observer quelle place vous vous accordez dans votre vie :
  • Par rapport aux autres,
  • Par rapport à vous,
  • Par rapport à votre emploi,
  • Par rapport à vos engagements associatifs/bénévoles,
  • Par rapport à vos ami(e)s…

Si votre place est proche du néant :
Vous avez du boulot !
Trop altruiste, ce n’est pas bon.

Si votre place est uniquement centrale :
Vous avez du boulot !
Trop égoïste, ce n’est pas bon.

Il n’existe pas d’études scientifiques prouvant l’importance de s’égoïster,
Vous pouvez vous fier uniquement aux témoignages de ceux qui pratiquent.

Heureusement, l’égoïstation n’est pas douloureuse,
Sauf si vous avez des penchants masochistes,
Dans ce cas-là, je vous invite à consulter,
Il y a autre chose à traiter avant.

Cependant, il n’est pas facile de s’égoïster,
Si vous faites partie de ces personnes qui s’oublient,
Et ce, depuis des années, voire des décennies,
Vous aurez besoin d’un certain temps pour trouver votre équilibre.

Il n’existe aucune recette miracle,
Aucune procédure à suivre à la lettre,
Aucun tuto

Vous êtes le/la mieux placé(e) pour savoir : quand, quoi, comment, vous égoïster.

Cependant, si c’est compliqué pour vous,

Je peux vous proposer le livre ou le developpement personnel pour que nous trouvions ensemble ce qui vous convient.

Dans tous les cas, venez partager votre expérience d’égoïstation,
Quelle activité vous permet de vous égoïster,
Quand arrivez-vous à vous égoïster…
Dites-nous tout 🙂

 Voici un retour sur le livre qui m’a énormément touchée, c’est vous qui en parlez le mieux !

Merci Sandrine de Mon Carnet Déco : son article.

Prenez soin de vous !

Et si…

Bon jour !

Vous connaissez certainement très bien ces quatre petites lettres qui permettent de créer des milliards de scénario :

« Et si… »

Et si j’avais dit oui, que ce serait-il passé ?
Et si j’avais pris la deuxième porte ce jour-là, nous serions nous rencontré ?
Et si je n’avais pas avancé mon rendez-vous chez le dentiste, j’aurais pu…
Et si…

Quatre lettres, une ouverture vers des milliards de combinaisons.

« Et si », c’est l’inverse de l’instant présent,
Quand nous imaginons les scénarios,
Nous ne profitons pas de ce que nous avons.

Pourtant, elles viennent souvent s’incruster dans notre quotidien.
Parfois, nous les balayons du revers de la main,
Comme un grain de poussière sur un pantalon noir,
Parfois, elles s’accrochent et reviennent sans cesse,
Toujours différentes, toujours interrogatives,
Parfois stressantes, parfois rassurantes.

Nous sommes les maîtres de ces « et si… »
Il n’est pas simple de les isoler,
De les mettre de côté ou de les supprimer.
Il  est plus facile de s’inquiéter,
Ou d’espérer (in)utilement,
Ou pas.

Au moment où j’écris ces lignes,
J’ai justement mes propres « et si… »

Et si je n’avais pas fermé mes 2 activités (pour créer celle-ci),
Et si ça ne marche pas,
Et si je me trompais de chemin,
Et si l’été ne m’apportait pas le lot de clients (en coaching et/ou en livres) dont j’ai besoin pour faire vivre mon entreprise et par conséquent ma famille,
Et si…
J’ai peur, j’ai le cœur qui bat fort,
Et je médite, encore,
Je respire l’odeur de la pluie à la fenêtre.

La petite voix s’élève :

Arrête donc tes « et si… » !
Tu as fait ce qui te semblait le mieux,
Au moment où tu te sentais prête.
Souffrirais-tu de la peur de la réussite ?
Allez, reprends-toi !

Oui, c’est clair qu’elle n’est pas toujours évidente cette petite voix.
Elle est très autoritaire..
Heureusement que je ne prends pas exemple sur elle pour mes coachings.
J’ai plus un faible pour la douceur et l’écoute que pour les ordres.

Alors oui,
C’est vrai que « et si… » changerait tout, changerait la donne.
En attendant, les choix ont été faits, réfléchis,
Le conditionnel ne se conjugue pas au présent,
Et le présent se vit à chaque instant.

Concentrons-nous sur le présent, et profitons.

« Si », aura bien le temps de se créer par rapport à nos choix,
Par rapport au destin,
« Si », sera ce qui sera écrit.

Et si j’osais,
La patience n’est pas ma plus grande qualité,
J’ai vraiment hâte de travailler avec vous.

Alors j’ose ce dernier « et si » :

Et si je vous proposais d’aller plus loin, ensemble, vous et moi ?

Vous avez déjà vu les coachings individuels,
Nous convenons ensemble du jour et de l’horaire qui vous conviennent.

Bientôt va arriver un coaching collectif autour de l’égoïstation
Je vous en dirai plus très vite, restez dans le coin « et si ça vous intéressait ? 😉

Prenez soin de vous

l’âme en larmes

Bon jour !

Ce vendredi 17 juin a commencé avec du négatif, rapidement évincé par du positif.

Pour bien évacuer ce négatif,

j’ai fait ma traditionnelle séance de méditation,

Un temps de 5 à 10 minutes au cours desquelles je me connecte à la terre et à l’univers :
Pieds bien ancrés dans le sol et tête tirée vers le ciel.
Non seulement, c’est bon pour mon corps de bien se tenir pendant ces quelques minutes,
Mais c’est aussi bon pour mon âme.

Parce que la méditation me fait beaucoup de bien,
J’essaye de prendre le temps, chaque semaine,
De faire une méditation longue.
De ces séances où les pensées finissent par s’apaiser,
Où seule la circulation de l’air frais dans mon corps compte,

Sentir mon corps, reposer mon âme.

Ce vendredi, j’ai mis mon bâton d’encens ayurvédique anti-stress,
J’ai choisi celui-ci, parce qu’il est fort d’actualité.
Cette période de fin d’année scolaire est toujours un peu tendue, peu reposante,
L’actualité n’est pas plus calme.
Et pour aider mon âme à s’élever et s’apaiser, j’ai mis ce C.D. que ma cousine m’a fait découvrir :

Orâma Vibrations

Des mantras mis en musique, avec des voix douces,
Au début de ma méditation, j’ai eu cette réflexion :
Les personnes, qui ont avancé sur leur chemin intérieur,
Sont souvent paisibles avec une voix douce,
Comme les chanteurs sur le C.D.

(Promis, je ne touche aucune prime, aucun intéressement,
Alors si l’envie vous vient de vous procurer le C.D. c’est pour vous,
Pour Orâma et pour les ashrams à qui ils reversent un pourcentage du bénéfice)

Une bonne séance de méditation,
Mes pensées continuent de sortir.

Cette fois, je me remémore mes premières tentatives de méditation profonde.
Au début, j’ai ressenti que mon corps et mon âme ne respiraient pas simultanément,
Comme si j’oubliais de respirer,
Puis le calme revenait en moi,
La respiration s’apaisait, s’harmonisait.
Ensuite, la difficulté était dans les distractions,
L’envie d’ouvrir les yeux, de penser à la liste des courses,
Le moment où tu as envie de bouger…
C’est à partir de ce moment-là, une fois que l’envie a été écartée,
Que la méditation profonde s’installe,
L’esprit n’écoute plus les bruits extérieurs,
Le corps s’abandonne, les douleurs s’estompent,

Le bien-être est là.

Si vous ne méditez pas volontairement,
Vous ressentez ce bien-être méditatif lors des massages,
Lorsque vous vous lovez dans des bras aimés,
Lorsque vous vous abandonnez à quelqu’un,
Lorsque vous contemplez un paysage,
Lorsque vous vivez un instant qui vous fait oublier tout le reste…

Et oui, l’air de rien, il n’est pas indispensable de faire des stages de méditation,
De lire des milliers de livres,
Il suffit de s’écouter, de s’entendre.
Ce n’est pas pour autant que vous ne devez faire ni stage ni lecture,

Puisque vous êtes votre meilleur conseiller pour savoir ce qui est bon pour vous.

Ce vendredi 17, après ma méditation,
J’ai allumé la télévision, pourquoi ?
Je n’en sais rien, une intuition.
C’était l’hommage aux policiers assassinés.

Les larmes ont coulé

wp-1466155731232.jpg

Mon âme était ouverte,
L’encens ne brûlait plus,
Alors j’ai allumé cette bougie,
Et j’ai confié les âmes de ces deux policiers,
De ces jeunes parents.
Que les anges les accompagnent,
Que l’Univers, le Dieu, les Dieux, Mère Nature ou Père du Ciel,
Ou qui que ce soit,
Ou quoi que ce soit,
Quelle que soit votre religion, vos croyances ou non-croyances,
Je n’ai pas de religion, j’ai juste l’espoir que notre âme s’élève encore plus haut après la mort.

Puis je suis repartie méditer quelques instants
Pour éloigner cette violence de mon cœur.

Prenez soin de vous.

 

Edit : quelques heures après avoir écrit cet article, j’ai reçu de nouveaux signes montrant l’Inde et sa spiritualité.

Alors que je m’enfonçais dans les différentes lectures de la spiritualité indienne dont les 4 principes :

  1. Quelle que soit la personne que nous rencontrons, c’est la bonne personne
  2. Quoi qu’il nous arrive, c’est la seule chose qui peut arriver
  3. Le moment où quelque chose commence, c’est toujours le bon moment
  4. Ce qui est fini, est fini

C’est acceptable ou discutable, là n’est pas le propos de cet edit de l’article.

Le propos est cet autre article que j’ai lu et qui me parle beaucoup :

Inde et spiritualité sur meditationfrance.com

Être à sa place

Bonjour !

C’est donc ainsi quand nous sommes à notre place…

Quand prendre une décision ne nous effraie pas,
Quand un rendez-vous se prépare sans stress,
Quand un coaching se déroule avec le sourire et dans la bonne humeur.

Quand j’ai lancé ce site, vous avez été plusieurs à dire « il était temps ».

Quelle surprise pour moi, mais pas pour vous apparemment 😉

Je tenais à vous remercier, une nouvelle fois, pour vos encouragements, vos conseils et vos retours.

Revenons à l’alignement, à « la bonne place »

Souvent, nous entendons, et lisons, qu’il faut être aligné,
Qu’il faut trouver sa voie,
Qu’il faut lâcher prise…
Oui, ici aussi vous le lisez.

Et ce que nous ressentons lorsque nous vivons ces alignements,
C’est extraordinaire !
Pour comparer avec quelque « chose » de fort :
Lorsque vous devenez parent,
Il arrive, dans les premiers temps, de se demander comment avons-nous pu vivre sans cet enfant ?
C’est un peu la même réflexion qui se passe lorsque nous sommes à notre place.
Nous avons le sentiment que nous avons toujours été là,
Que cette situation est faite pour nous,
Comme une pièce de puzzle a une seule et unique place.
Sachez que vous aurez toujours une place qui vous attend,
Mais que votre place, contrairement à la pièce de puzzle, peut changer,
Accompagnée de montagnes russes émotionnelles et de périodes d’indécisions,
Vous trouvez toujours votre place, croyez en vous.

C’est ce que j’ai ressenti lors de cette première séance de coaching : à ma place.

Avec le lancement du site,
Les partages sur les réseaux sociaux,
Une amie est revenue vers moi lundi en fin de journée.
Rendez-vous fût pris à l’heure du déjeuner le lendemain.
Cette amie faisait partie des personnes qui m’ont dit ces derniers mois :

« Dès que tu es prête, je te réserve un coaching ! »

Comment s’est donc déroulé ce coaching ?

Comme annoncé sur la page, nous commençons par détendre la coachée.
Pour elle, la méditation n’était pas indispensable,
Nous avons donc utilisé une autre approche,
Pour chaque personne je m’adapte à sa personnalité et ses besoins,
Oui, certains diront que c’est la base du coaching, c’est vrai, ils ont raison !

Une fois sa problématique exposée,
Nous avons élargi le champ de vision autour de son questionnement.

Savez-vous que, ce que vous estimez être problématique, n’est pas forcément la source de vos soucis ?
C’est parfois juste un symptôme.
D’où l’importance d’échanger ensemble,
Avec mes questions et vos réflexions,
C’est vous qui mettez les mots sur la réelle problématique.

Cette coachée était très volontaire et décidée,
Donc, dès cette première séance, nous avons mis en place plusieurs exercices.
Nous nous revoyons dans deux semaines afin de voir s’ils ont été utiles.
Selon le déroulement de ces deux semaines, nous affinerons ou modifierons les applications,
Et je lui en ajouterai un, parce qu’elle sera prête à ce moment-là,
Lors de notre rendez-vous d’hier, c’était trop tôt pour elle.

L’écoute et l’intuition font partie des outils que j’utilise en coaching,
Savoir à quel moment proposé quel outil, quel exercice, quels mots employés…
Les formations sont utiles, mais elles ne font pas tout,
Elles ne transmettent pas la sensibilité, l’empathie…
Le coach est celui qui utilise l’inné et l’acquis,
Dans un savant équilibre qui fera de lui le coach qui vous convient.
C’est pour cela que le coach qui convient à votre cousin ne sera pas forcément celui qu’il vous faut.

Avant de choisir votre coach :

Quel est votre ressenti,
Quels retours  avez-vous sur lui/elle,
Connait-il/elle le sujet que vous souhaitez travailler avec il/elle,
Accepte-il/elle un premier contact,
Que dit-on de lui/elle sur les réseaux…

En ce qui me concerne,

Ma cliente m’a demandé quel était mon domaine de compétence,
Je pensais être claire sur le site, mais ce n’est pas la même chose que d’avoir un échange,
Alors, j’ai résumé avec cette simple phrase :

« Mon domaine de compétence est autour de tout ce qui est source de stress, sauf les pathologies lourdes »

Je ne sais pas si c’est plus clair ou si ça rassure ou s’il faudra affiner/modifier cette description,
Toujours est-il que ce premier coaching en tant que « coach mieux-être » s’est bien passé,
Pour ma cliente et pour moi aussi.

Je suis alignée, et j’espère pouvoir vous aider à l’être également !

IMG_2991

Bienvenue

Bonjour et bienvenue sur ce nouveau site.

Si vous êtes ici, c’est certainement que vous connaissez déjà mes écrits sur Bonjour1sourire,

Ce blog né au cours de l’hiver 2013, parce que je ne conçois pas la vie sans au moins 1 sourire quotidien, et qu’il m’a semblé important de le partager.
Au-delà du partage, il me semble vital de semer des petites graines d’espoir, à l’instar du colibri qui apporte quelques gouttes d’eau pour éteindre l’incendie,
Je sème les graines du mieux-être, de l’ouverture à soi et de l’égoïstation, parce que vous méritez un coup de pouce,
Parce que notre planète et notre humanité méritent que nous puissions tous trouver notre place,
Cette place qui correspond à votre place.

Comme dit si bien Monsieur Oscar Wilde : « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris ».

Si vous êtes ici, c’est probablement que vous connaissez déjà mon activité sur Comptes & Bonheur®

Ce site est né d’une demande de proches, à l’automne 2009, pour les aider dans la gestion de leurs comptes :
« Toi qui fais de la comptabilité, tu pourrais nous aider à gérer nos comptes ? Avec la crise, c’est plus difficile qu’avant ».
Après dix-huit mois d’apprentissage, de création de l’extranet avec Sesam-Web, j’étais prête pour me lancer dans le coaching budgétaire.

Au cours de ces sept années, j’ai toujours écrit, écouté, partagé, je me suis formée, informée.

Plusieurs fois, j’ai hésité à me lancer à mon nom, à regrouper mes différentes casquettes en une seule,
Pour à chaque fois repartir sur le même schéma : une casquette/un site/une page Facebook.
Récemment, j’ai partagé la fin du cycle que je vis actuellement,
Vous avez été plusieurs à me manifester votre sympathie, à me proposer votre écoute et vos conseils,
Cette fois, c’était moi qui parlais, et c’est vous qui m’avez aidé à mettre mes idées à jour.
J’ai pris des coups de pied aux fesses,
J’ai reçu des câlins réels et virtuels,

Vous avez été précieux,

comme à chaque fois que j’ai osé baisser la garde et demander de l’aide.

Je ne suis pas un bisounours, ni un OVNI aux émotions positivement exacerbées, refusant le négatif.
Je suis une femme avec ses blessures, parfois profondes, j’ai traversé des tempêtes,
Ma force vient de mes cicatrices, de celles qui m’ont donné des leçons de vie et dont je suis ressortie plus forte.
J’ai connu la trahison, les soucis de santé, les déceptions, le stress, des agressions…

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » à condition d’apprendre de nos blessures.

La vie est une montagne russe avec ses montées, ses descentes, ses virages, ses tunnels…
Je n’ai pas la science infuse et plus j’apprends plus les domaines à découvrir se multiplient.

Aujourd’hui, j’ai ce sentiment étrange d’être en train de naître.
D’être prête pour vous accompagner.

Vous pouvez commander un de mes livres, réserver un coaching, ou faire un coucou si le cœur vous en dit,

Tout se passe par ici :

Vous me trouverez ici dorénavant, et sur la page Facebook

bannière FB

 

Pleins et déliés, voyage en prosodie d’Anabelle Martinez-Maingraud

Livres AnabellePleins et déliés, voyage en prosodie d’Anabelle Martinez-Maingraud

Un recueil de poésies qu’elle a écrit avec amour et sincérité, ce livre est auto-édité chez The Book Edition
Découvrez sa petite présentation : « Parce que je suis une petite grenouille croqueuse de mots, que je les mâchouille pour les redisposer ensuite selon mes humeurs, selon les circonstances que ma vie batracienne me fait rencontrer…
Bienvenue parmi l’écho de mes coassements… »

Disponible par ici : Pleins et déliés, voyage en prosodie