Et si…

Et si…

Bon jour !

Vous connaissez certainement très bien ces quatre petites lettres qui permettent de créer des milliards de scénario :

« Et si… »

Et si j’avais dit oui, que ce serait-il passé ?
Et si j’avais pris la deuxième porte ce jour-là, nous serions nous rencontré ?
Et si je n’avais pas avancé mon rendez-vous chez le dentiste, j’aurais pu…
Et si…

Quatre lettres, une ouverture vers des milliards de combinaisons.

« Et si », c’est l’inverse de l’instant présent,
Quand nous imaginons les scénarios,
Nous ne profitons pas de ce que nous avons.

Pourtant, elles viennent souvent s’incruster dans notre quotidien.
Parfois, nous les balayons du revers de la main,
Comme un grain de poussière sur un pantalon noir,
Parfois, elles s’accrochent et reviennent sans cesse,
Toujours différentes, toujours interrogatives,
Parfois stressantes, parfois rassurantes.

Nous sommes les maîtres de ces « et si… »
Il n’est pas simple de les isoler,
De les mettre de côté ou de les supprimer.
Il  est plus facile de s’inquiéter,
Ou d’espérer (in)utilement,
Ou pas.

Au moment où j’écris ces lignes,
J’ai justement mes propres « et si… »

Et si je n’avais pas fermé mes 2 activités (pour créer celle-ci),
Et si ça ne marche pas,
Et si je me trompais de chemin,
Et si l’été ne m’apportait pas le lot de clients (en coaching et/ou en livres) dont j’ai besoin pour faire vivre mon entreprise et par conséquent ma famille,
Et si…
J’ai peur, j’ai le cœur qui bat fort,
Et je médite, encore,
Je respire l’odeur de la pluie à la fenêtre.

La petite voix s’élève :

Arrête donc tes « et si… » !
Tu as fait ce qui te semblait le mieux,
Au moment où tu te sentais prête.
Souffrirais-tu de la peur de la réussite ?
Allez, reprends-toi !

Oui, c’est clair qu’elle n’est pas toujours évidente cette petite voix.
Elle est très autoritaire..
Heureusement que je ne prends pas exemple sur elle pour mes coachings.
J’ai plus un faible pour la douceur et l’écoute que pour les ordres.

Alors oui,
C’est vrai que « et si… » changerait tout, changerait la donne.
En attendant, les choix ont été faits, réfléchis,
Le conditionnel ne se conjugue pas au présent,
Et le présent se vit à chaque instant.

Concentrons-nous sur le présent, et profitons.

« Si », aura bien le temps de se créer par rapport à nos choix,
Par rapport au destin,
« Si », sera ce qui sera écrit.

Et si j’osais,
La patience n’est pas ma plus grande qualité,
J’ai vraiment hâte de travailler avec vous.

Alors j’ose ce dernier « et si » :

Et si je vous proposais d’aller plus loin, ensemble, vous et moi ?

Vous avez déjà vu les coachings individuels,
Nous convenons ensemble du jour et de l’horaire qui vous conviennent.

Bientôt va arriver un coaching collectif autour de l’égoïstation
Je vous en dirai plus très vite, restez dans le coin « et si ça vous intéressait ? 😉

Prenez soin de vous


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :